Interview de Dominique Druon : Portrait de femme engagée

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

15/07/2020
Ce mois-ci, nous partons à la rencontre d’une femme entrepreneure, énergique, drôle, assertive et pleine d’ambition. Dominique nous raconte comment lui est venue l’envie de faire bouger les lignes dans le monde des affaires pour que les hommes et les femmes prennent leur place. Dominique nous partage également certaines de ses recettes. Une interview à la vitesse de la lumière qui nous révèle des axes de progrès dans l’entreprise et dans notre société, et nous incite à aller plus loin.

Que fais-tu dans la vie ?
J’ai fondé et je dirige Aliath depuis 2011. Aliath est un cabinet de conseil et formation en gouvernance. Je cherche à développer la culture de la gouvernance en France et favoriser la mixité des instances dirigeantes.  A cet effet, je côtoie des présidents, des dirigeants, des actionnaires, beaucoup d’hommes et de femmes pour leur proposer Conseil, Formation et Accompagnement en Recrutement en matière de gouvernance*.

*Dispositif d’administration d’une société (Conseil d’Administration, Comité Stratégique, …) Instance nommée par les actionnaires pour valider la stratégie, nommer les dirigeants, prendre des décisions en amont, orienter la stratégie long terme….

Pourquoi ce projet ? Je parcours depuis 25 ans les grands groupes, en contact avec les présidences, directions générales et directions métier (Finance, Achats, Techniques, Commerciales, Marketing, RH, …).  La faible représentativité des femmes m’a toujours interpellée. Et, la personnalité des femmes au poste de direction m’a souvent fascinée.

Par ailleurs, alors que la culture de la gouvernance est très développée dans les pays anglo-saxons, elle émerge à peine en France depuis 10 ans.

La culture de l’actionnaire, du retour sur investissement, de la transparence par rapport à l’argent n’est pas naturelle en France.

Et puis, il y a une vraie carence dans certains tissus économiques. Promouvoir l’accessibilité à la gouvernance ne concerne pas seulement les grands groupes et les grands patrons mais tous les hommes et toutes les femmes d’affaires, et toutes les entreprises, ETI, ESS, et associations y compris. Les sociétés quelles que soient leur taille & leur forme ont besoin de transparence et de compétences dans leur dispositif de gouvernance.

Mes actions sont portées par l’engagement et la conviction.

Aliath est un cabinet qui vise à contribuer à améliorer la gouvernance des ETI, PME, Grands Groupes, Fonds d’Investissement en France, accompagner la structuration des instances gouvernantes et permettre aux femmes de jouer un rôle aux côtés des hommes dans ces instances.

J’ai pris le temps de comprendre les relations, les codes de ces dispositifs, d’acquérir une expertise, de me faire connaître, de travailler la notoriété de mon cabinet, de structurer et mettre en place des offres.

Raconte-nous ton parcours ? Je suis ingénieure de formation, diplômée de l’UTC.

En démarrant dans ma spécialité, l’informatique et l’électronique, très rapidement je suis passée directrice de projet et d’équipe. J’ai gravi les échelons de la technique au management pour prendre des responsabilités au sein de grands groupes de conseil en ingénierie.

J’ai rapidement exercé à des postes de direction, avant de devenir directeur général adjoint : en charge du développement d’activité, du pilotage d’activité et de croissance externe, de la mise en place de stratégie… Au total 20 ans de Direction Générale Groupe, France, UK, USA et Middle-East d’Altran, multinationale cotée au SBF 120.

J’ai acquis la conviction que mon domaine de compétences est le conseil.

J’ai été seule femme au Comex pendant longtemps.

Je côtoyais beaucoup d’entrepreneurs, et j’ai progressivement eu envie de créer une activité non pas dédiée aux femmes mais au développement de la gouvernance en France. Et d’y faire jouer un rôle actif aux femmes aux côtés des hommes.

En parallèle, je suis également administratrice certifiée de l’ESSEC, et j’ai été administratrice indépendante de plusieurs sociétés depuis 2011, membre de comité de nomination/rémunération et du conseil de surveillance (Le Bélier, Sintex, April, Schumacher,…)

Comment expliques-tu ton ascension dans ce monde si masculin ? Pour moi c’était naturel de prendre ma place, de faire valoir mes résultats, et de négocier mes promotions.

J’ai compris beaucoup plus tard que ce naturel avait été acquis dans mon univers familial : j’ai été élevée comme un garçon avec mes 3 frères. Comme si j’étais un garçon manqué, à commencer par mon prénom…

Nous sommes formatés par nos éducations. Dès la maternelle une fille apprend que si elle lève trop la main elle est turbulente, alors que le garçon est valorisé parce qu’il anime. Ce système, qui nous intime d’être sage et réservée, était inconsciemment décrypté pour ma part. Sans le savoir, j’étais du côté des intrépides et des assertifs.

Et ma confiance s’est renforcée avec la pratique de sport en compétition en tant que gymnaste. Dans le monde de la compétition, j’ai appris à tout rejouer. Avec un nouveau titre, tu es potentiellement favori pour le challenge de la prochaine saison mais 1/ cela met également la pression et 2/ tu repars de zéro, car tu n’as jamais gagné pour toujours.

L’essentiel est d’être en forme, entraînée et d’avoir le bon “mindset”.

Peux-tu partager quelques enseignements clé ?
1/ Comprenez le monde de l’entreprise avec ses complexités, ses règles et ses codes pensés par les hommes.
L’entreprise ne fonctionne pas comme le monde académique (dans le système éducatif, la promotion est faite sur base de résultats).
Et, la frustration et les difficultés des femmes dans l’entreprise, s’expliquent notamment par la différence entre les systèmes.

Ce n’est pas parce que vous travaillez bien que vous serez promues et mieux payées.

L’entreprise c’est un univers, un référentiel dans lequel il y a des règles de fonctionnement dans un cadre réglementaire. Et, l’entreprise est le reflet du monde de la société et non du monde académique. Il est donc primordial d’apprendre à décrypter son fonctionnement : observer, comprendre, rester femme et faire évoluer sa place.

Culturellement et historiquement le système est masculin, c’est un parcours plein d’embûches car très codé, construit par les hommes et qui met régulièrement les femmes en difficulté (maternité, suivi du conjoint pour un poste en France ou à l’étranger,…)

J’éclaire les hommes et les femmes sur les sphères de pouvoir, la représentation, les process de décision,…

Et je suis convaincue que cette démarche de promotion de la gouvernance ne peut se faire qu’avec le soutien des hommes.

2/ ne pas attendre d’avoir 90% des compétences, apprendre à se faire confiance, gagner en assertivité.

3/ Veiller à être soutenue et avoir des sponsors dans les sphères de pouvoir et décision.
Retour sur l’expérience Isabelle Kocher : https://www.forbes.fr/femmes-at-forbes/femmes-et-spheres-de-pouvoir-et-decision/

Citation de Simone de Beauvoir : “N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant.”

4/ Entraide et solidarité entre les femmes : parce que les femmes sont encore en minorité, l’entraide et la solidarité sont primordiales.

Comment réussir dans une instance quand on est ultra-minoritaire et écrasée par la pensée dominante ? Une femme qui monte doit aider une autre femme à monter à ses côtés.

Les hommes sont plus tolérants entre eux quand ils échouent (Un homme qui commet des erreurs au milieu de beaucoup d’autres hommes, c’est un non-sujet).
Les femmes sont beaucoup plus exigeantes entre elles. Or, on gagne à être généreuse, à partager, à être plus indulgente que les autres l’ont été pour soi (devoir et intérêt).
Et, c’est difficile parce que cela n’est pas naturel.

Y a-t-il un sujet sur lequel tu as changé d’avis ? Oui, sur la notion de quotas. Au début j’étais réfractaire à l’idée, je craignais que les femmes soient légitimées par une règle imposée qui n’explique pas leurs compétences. Mais les faits sont têtus, c’est grâce aux quotas qu’on trouve des femmes compétentes.

Les lois et quotas relatifs à la représentation équilibrée des femmes et des hommes permettent de créer un cadre et de gagner du temps.

Sans eux, on trouve des excuses, plein de bonnes excuses (des chantiers prioritaires, des urgences, …) de ne pas considérer la mixité réelle comme une priorité de justice et de performance.

« Avec des quotas, les entreprises trouvent toujours des femmes compétentes pour leur conseils d‘administration. Sans quotas, les entreprises trouvent souvent des excuses pour leur COMEX.»

Il y a des biais du côté des présidents, des stéréotypes, des freins à intégrer des femmes, des habitudes de fonctionnement entre pairs. Il reste du chemin à parcourir pour démystifier, faire prendre conscience des bénéfices de la mixité, reflet de la société dans laquelle on vit, et gagner confiance en cette organisation.

Est ce qu’on est ce qu’on dit ou ce qu’on fait ? On est ce qu’on fait.

On ne suscite ou ne crée des relations de confiance que par ce que l’on donne à voir.

J’ai choisi d’être visible, de raconter ce que je fais tout en respectant les accords de confidentialité, je partage mes engagements et surtout, la façon dont je les mets en œuvre. Concrètement.

Peux-tu nous parler de ta routine quotidienne ? Parler à mes filles. J’échange avec elles par visio-conférence ou téléphone car elles sont en France et à l’étranger.
Je veux rester connectée à mes enfants.
Et aussi Ecouter leur capteur de notre monde et notre économie.
Je veux rester connectée à la jeunesse qui rentre dans le monde du travail.

Ce que tu retiendras du confinement : J’ai eu le sentiment de revivre une période de ma vie professionnelle. Alors que les situations étaient très différentes, j’ai retrouvé des points communs dans les échanges et les relations humaines.
A l’époque où j’étais à un poste international, je travaillais régulièrement en ligne, j’étais en conférence en anglais avec des interlocuteurs à travers le monde.
En période de confinement, le contexte nous a imposé le travail en visioconférence, avec des outils de meilleure qualité & des fonctionnalités plus évoluées, avec des interlocuteurs à proximité, sans décalage horaire. Et avec d’autres participants, présents sur d’autres continents.

Et j’ai retrouvé l’efficience et l’agilité, ainsi que la simplicité dans les échanges.

Une grande simplicité dans les échanges : des gens plus accessibles, spontanés, naturels, sans code ni hiérarchie.
Pendant ces quelques mois, des barrières sont tombées, des freins se sont levés, les relations étaient moins guindées ;
C’est comme si nous avions expérimenté ce fameux « you » qui peut signifier vous et/ou tu en anglais.

Ce que tu as appris sur toi pendant cette parenthèse : Je n’ai pas eu peur pour moi, pour mon entreprise. Pendant la période de confinement, mon activité s’est arrêtée net pendant 4 à 5 semaines, mes interlocuteurs cibles n’étaient plus disponibles.
J’ai alors passé beaucoup de temps à m’intéresser aux présidents d’entreprise, à me préoccuper de leur situation : à discuter de leurs problèmes, à partager de manière informelle avec eux, à échanger dans une relation de confiance, face à tant d’incertitudes et de complexité.
J’étais en dehors de mon périmètre d’un point de vue business
Et finalement, mon activité n’a pas été perdue, mais décalée dans le temps.

Tes moteurs :  Ce qui m’intéresse, faire bouger les choses, agir. Je crois beaucoup au colibri (influencer, contribuer à mettre en œuvre).

Une expérience gagnante : Je ne me bats pas pour ce qui a été perdu, mais pour tout ce sur quoi je peux influer. Et je ne lâche pas sur l’injustice.

Une anecdote : Lorsque j’ai créé Aliath, il m’a fallu plusieurs mois pour régulariser une erreur d’enregistrement de l’Administration « Monsieur Dominique Druon » avant de pouvoir démarrer mon activité. Quel signe du destin !

Clin d’œil à notre invitée : Ton motto résonne avec celui de Françoise Giroud : « je suis peut-être née garçon manqué, mais je serai une fille réussie ».

Pour aller plus loin : 

Aliath

Gouvernance

ESS

Loi Copé Zimmermann

 Une icône : Simone Veil

© Interview réalisée le 15/07/2020 par www.ajrconseil.com, tous droits réservés

© Photo proposée par notre invitée

Newsletter