Interview de Marie-Christine Pessiot : Favoriser le mieux-être collectif et le collaboratif dans l’entreprise

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le 9 mars dernier, juste avant le confinement, nous avons interviewé Marie-Christine Pessiot sur la transformation des organisations, les stratégies d’engagement sociétal des entrepreneurs, l’évolution de la place des dirigeants et des salariés, en particulier des générations XYZ.

Nous étions loin d’imaginer que la crise du Coronavirus ouvrirait en grand le débat sur l’avenir de la mondialisation, du capitalisme, des organisations, des modes de production et de la consommation. En ces jours de confinement, notre façon de travailler, de nous comporter, d’être ensemble, est mise à l’épreuve. Aussi, Marie-Christine nous a recontacté afin d’ajouter une réflexion sur sa vision de l’après-confinement qui conclura son interview.

Marie Christine PESSOT, a plus d’une corde à son arc. Contrôleur de gestion de formation, Marie-Christine a démarré sa carrière dans des groupes anglo-saxons avant de reprendre une entreprise de service à l’événementiel qu’elle a dirigée pendant 10 ans (1999-2008) avec une équipe allant jusqu’à 25 personnes. Fondatrice du Club Agile Provence (2014), membre actif de plusieurs réseaux d’entrepreneurs et de réflexion managériale (Germe, MOM21, Mega84…), Business Angel, Marie-Christine s’investit également dans le partage d’expérience et de pratiques en matière de management et de gestion d’entreprise. Marie-Christine exerce une activité indépendante (MCP Développement) pour accompagner les dirigeants.

Marie-Christine nous raconte sa mobilisation et son credo.

Combien êtes-vous ? J’ai plusieurs casquettes mais je ne vais que dans un sens :

Aider et accompagner les dirigeants et les managers dans un fonctionnement plus Humain et plus adapté à la complexité et à l’incertitude des environnements de l’entreprise.

Après avoir découvert le monde de l’entreprise en qualité de salariée, d’associée puis de dirigeante, j’accompagne les dirigeants à travers diverses initiatives (animation de réseaux d’entrepreneurs, séminaires de dirigeants, accompagnement individuel, organisation d’ateliers). J’interviens à plusieurs niveaux : dans leur mode de fonctionnement, dans la réflexion, l’élaboration de leur stratégie, l’animation du collectif en interne, la mise en place de leur système de pilotage.

Parlez-nous de domaines dans lesquels vous intervenez  ? J’ai conçu et j’anime des séminaires de direction en binôme avec Dominique Loridon (expert GERME et APM, conférencier international sur des thèmes de prise de risque, décision, leadership). Nous organisons des groupes de réflexion, de discussion, pour faire émerger des nouveaux modes d’encadrement et de stratégie d’entreprise, pour les accompagner vers un rôle de coordinateur et d’animateur.

Nous organisons également des retraites « sur le chemin des sheikh(a)s » à Timimoun en plein cœur du Sahara algérien. Réfléchir sur soi et sur sa définition de leader. Ce sont des journées de partage et d’introspection. Rencontre de la noblesse d’âme et d’esprit dans un environnement hostile : au cœur du désert algérien, chacun est ramené à ce qu’il est, réussit à trouver ses propres moteurs, s’appuie sur ses valeurs, pour définir son entreprise et son leadership.

Ces interventions demandent beaucoup d’attention, mobilisent beaucoup d’énergie, (animation, coordination, concentration, écoute) Le collectif est au service de l’individuel et permet de valoriser ce que chacun exprime.

J’anime également des groupes de co-développement pour favoriser la prise de conscience au travers d’un apprentissage collectif (comités de direction, d’exploitation, tous comités tansverses) : je suis certifiée par l’association française de co-développement (2012) AFCODEV.

Un témoignage à partager ? Philippe Millon de la société Everest Isolation : https://www.cmar-paca.fr/actualites/philippe-million-ou-le-bien-etre-de-ses-collaborateurs-avant-tout)

Comment imaginez-vous l’évolution des organisations ?  Nous entrons dans une ère nouvelle qui implique des prises de conscience et des transformations

  • Un chef d’entreprise se doit d’être un leader inspirant, charismatique, et en cohérence avec les valeurs qui l’animent
  • L’entreprise se doit d’être mouvante, adaptable, engagée et doit permettre à chacun d’être engagé.

L’entreprise doit définir sa raison d’être en tenant compte de l’alliance nouvelle entre Sens et busines, en réponse aux aspirations nouvelles. Le positionnement de l’entreprise est évalué en termes d’impact : contribution aux enjeux sociétaux : réchauffement climatique, diminution des gaz à effet de serres, limitation des émission de CO2, qualité de l’alimentation, bien-être des collaborateurs, résolution des inégalités.

N’oublions pas que les étudiants des grandes écoles sont plus de 35 000 à avoir signé la charte éthique (manifeste initié en 2018, “agir pour la sauvegarde de la planète”) en refusant d’intégrer certains groupes. Par ailleurs, la loi Pacte considère désormais que les enjeux sociétaux et environnementaux sont au cœur de la définition de l’activité d’une société. (gommant la précédente loi «  société constituée dans l’intérêt commun des associés en vue d’en partager le bénéfice », et 215 ans de ce régime-là)

Si l’entreprise ne propose pas un projet inspirant, ne communique pas sur son impact et sur son Sens, les équipes ne se mobiliseront pas et fonctionneront mal.

Attention, cette contribution à notre écosystème social et environnemental doit se traduire en paroles ET en actes (pas de greenwashing). Le business doit être au rendez-vous des engagements.

Par ailleurs, savoir garder la ligne conductrice des grandes orientations choisies pour permettre à chacun de s’identifier et de comprendre son rôle personnel dans l’organisation (se sentir utile et valorisé) nécessite également un cadre.

  • Il est nécessaire que chacun prenne sa part de responsabilité : en s’appuyant sur des valeurs partagées, des moments partagés, chacun doit également évoluer dans sa capacité à être autonome. Chacun doit trouver sa recette pour être contributeur.

Ces nouveaux modes d’organisation comportent des points de vigilances :

La limite du collaboratif réside dans la qualité du collectif, au service du projet de l’entreprise.

La limite de l’exigence : y a-t-il réciprocité d’exigences ? L’autonomie accordée doit avoir son correspondant en retour, en matière de contribution à l’intérêt général.

Votre prochain projet ? J’ai plusieurs projets en vue : l’accompagnement d’un dirigeant importateur de produits alimentaires basé en Guadeloupe, l’organisation d’un nouveau séminaire « Leaders Charismatiques 3 » (septembre 2020), un prochain séjour dans le désert…

La tendance qui vous fascine en ce moment ?Une tendance qui nous bouscule, celle qui rend l’Humain prééminent dans le fonctionnement d’une organisation, tendance à mon sens irréversible. Cela oblige les dirigeants à beaucoup de charisme, à la fois pour imposer une cadre de fonctionnement et les valeurs associées, et à la fois pour donner la parole, libérer l’expression, favoriser les échanges avec émotion, écouter, pour créer une dynamique humaine à l’intérieur de l’entreprise.

L’ingrédient rare d’une équipe unie ?Bienveillance, absence de jugement.

Vous êtes membre du Club des experts AJR Conseil, Présidente du Conseil de Surveillance d’AJR Conseil, Quel est votre regard sur la société AJR Conseil ? Si je suis impliquée c’est parce que j’admire le dirigeant pour son courage, sa belle énergie, son état d’esprit très positif. Persuadée que l’entreprise doit se renouveler en permanence, il serait intéressant d’animer une journée pour s’interroger sur le Sens et les limites de l’humanité au sein de la société. D’autant qu’il y a un atout fort pour AJR Conseil, Joseph Roussel est aligné avec ses valeurs dans sa vie personnelle et professionnelle.

Que vous inspire la journée de la femme ? Pas grand-chose : il ne doit pas y avoir dualité mais complémentarité, je préfèrerais une journée « complément féminin/masculin et équité ». Au même titre, je ne suis pas d’accord avec la parité : promouvoir des femmes qui n’ont pas la compétence n’a pas de sens. Je suis pour l’ouverture des postes de manière égalitaire et complémentaire.

Etes-vous nostalgique de ce que vous n’avez pas fait : Si c’était à refaire, je voudrais démarrer ma vie professionnelle avec la conscience de l’importance du lâcher-prise. Je voudrais être dans le questionnement du Sens de mon entreprise et de mes missions professionnelles : qu’est- ce que j’apporte ? Qu’est-ce que mon équipe apporte ? Qu’est ce que l’entreprise apporte en interne comme en externe, dans son environnement ?

Le principal trait de votre caractère : enthousiaste

Votre truc anti-stress : Être dans l’action

Le stress, l’angoisse, je connais peu ou pas. Il a été établi scientifiquement que l’être humain est d’autant plus stressé qu’il subit une situation sans agir (le cortisol synthétisé par l’organisme favorise le stress, la tension, la dépression, l’angoisse, il n’est éliminé que par l’action). Je suis par nature dans l’action.

Votre devise : « sol lucet omnibus » le soleil luit pour tout le monde

Le livre qui vous accompagne : 1984 roman de Georges Orwell

Je lis beaucoup, souvent trop vite, en moyenne 5 livres par semaine. Dans mes lectures, je choisis régulièrement des ouvrages qui m’aident à comprendre les gens, les personnalités atypiques, les personnalités complexes… Je m’intéresse aussi au mode de fonctionnement induit par un vécu douloureux, à l’importance de ces aspects humains dans la gestion des équipes et des groupes. L’intelligence émotionnelle de Daniel Goleman est un livre très instructif à ce sujet.

Une appli indispensable : WAZE ! Et maintenant, ZOOM pour les visioconférences.

Est-ce que vous avez quelque chose à ajouter : Les 4 accords toltèques : 4 règles de vie pour s’assurer liberté, bonheur et amour, visant à briser les croyances limitantes à l’origine de nos souffrances : parler avec intégrité, ne jamais faire une affaire personnelle de la parole de l’autre, ne faire aucune supposition (poser des questions et communiquer clairement), et faire toujours de son mieux (sans se juger).

Conclusion apportée dans le contexte du confinement :

« A notre discussion d’il y a déjà 15 jours, j’aimerais ajouter une réflexion sur l’après-confinement : cette période très déstabilisante remet profondément en cause bon nombre de nos modes de fonctionnement et de postures dans les entreprises… il y aura un “avant” et un “après” : tant de nos dysfonctionnements se révèlent à l’éclairage de cette catastrophe économique ! Nos pays occidentaux, avec ses élites arrogantes et veules, nos populations individualistes et indisciplinées, s’avèrent finalement bien vulnérables et peu efficaces à côté de pays comme la Corée du Sud. Sans faire appel au confinement, mais courageux dans leur stratégie, transparent dans leur communication et responsabilisant vis à vis de la population (ce que peu d’européens supporteraient), a vaincu l’épidémie alors qu’ils étaient le plus grand foyer de contagion après la Chine fin février…

Dans nos entreprises, en regard de l’Humain placé au cœur, il sera peut-être temps de ré-instituer un cadre de fonctionnement solide, exprimé en terme d’objectifs et de réalisations, qui valorisera l’engagement et la fiabilité, sans lesquelles nos entreprises durement éprouvées ne survivront pas.

Cela demandera rigueur, perspicacité, exemplarité et équité mais aussi exigence chez les dirigeants. Cela demandera de l’alignement avec ses propres valeurs et du courage.

J’ai redémarré les activités du Club Agile Provence au travers d’une première visio Zoom qui vise plutôt à un partage apprenant entre dirigeants, avant une série d’ateliers de co-développement, toujours en visio, pour réfléchir ensemble à des problématiques spécifiques, en petits comités dédiés, pour mieux faire face à ces circonstances inédites.

https://www.facebook.com/events/523111401735325/ ou, sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/mc.pessiot

à circonstances exceptionnelles, moyens adaptés pour susciter l’intelligence collective, au service des individus et de l’entreprise !

Pour aller plus loin : “La Horde du Contrevent” d’Alain Damasio, ce roman de science-fiction un peu décalé qui évoque le thème du dépassement de soi au sein d’un collectif puissant qui va “contre le vent” (belle image des forces à mettre en oeuvre, dans le futur proche qui nous attend, pour lutter contre nos travers et vaincre nos peurs ainsi que toutes les difficultés) :

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Horde_du_Contrevent

Le Club Agile Provence

http://lentrepriseperenne.blogspirit.com/about.html

https://www.germe.com

© Interview finalisé le 25/03/2020 par www.ajrconseil.com, tous droits réservés

Newsletter